Fiche Evenement

Stage Balintawak

Stage Balintawak

Horaires


Début : 2019-06-22
Fin : 2019-06-23

Adresse


France

Contact




Partager sur


Partager sur Facebook Partager sur Google+ Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Envoyer par Email

GALERIE

Photos et videos

Quelques vidéos de cet évènement

Proposer une vidéo

Quelques photos de cet évènement

Proposer des photos

Styles concernés

 

Balintawak Arnis Escrima

Le Balintawak est un art martial Philippin crée en 1952 par Venancio Bacon
La particularité de ce style est la courte et moyenne distance et l'utilisation d'un seul bâton qui permet à la main libre d'agripper ,de désarmer ou de frapper son adversaire

Le balintawak se veut simple ,direct et efficace. C'est système d'attaque défense basé sur 12 angles d'attaques et les défenses associées , qui dans un premier temps en phase d’apprentissage sont délivrés dans un ordre définis puis de façon quelconque afin de venir a du combat libre

Ces échanges avec partenaires "Agak" ,qui signifie "guider" en Cebueno, est une méthode de formation propre au Balintawak .
Des groupes de travail (combinaisons codifiés) viennent par la suite compléter ce flow afin de travailler des réactions bien spécifiques telle qu’une réponse à une saisie du bâton durant l'Agak ou bien des défenses appropriées sur des frappes plus particulières comme celle du « pok pok » (extrémité du bâton) , les abanicos (frappes circulaires avec l’autre extrémité du bâton) et sur les frappes avec la main vide ,la tête, les coudes etc.
Ces groupes de travail codifiés une fois assimilés devront être a leurs tours déstructuré afin de les inclure dans le jeu du libre échange .
Le défenseur doit pouvoir réagir rapidement , de s'adapter face a des coups portés sur différents niveaux tout en remisant en contre-attaque pour reprendre la main sur son adversaire et de devenir non plus le défenseur mais l’attaquant
L'approche défensive est la partie la plus stimulante et difficile car elle nécessite une vivacité de réaction par rapport aux attaques portés sur les parties osseuses et les articulations afin d'écourter le combat le plus rapidement possible .


Experts: 7Clubs: 11Events: 16

Experts concernés

 

Fabien JOLIVEL

Balintawak Arnis Escrima

. Né le 25 septembre 1972

• Débute le karaté shotokan en 1989

• Ceinture noire 1ère Dan FFKMA en 1995

• Découvre et débute le Kali Eskrima en 1999

• 1er séjour aux Philippines en 2005

• CQP (Certificat de Qualification Professionnelle) 2013

• Responsable fédéral de la commission AMSEA 2013 à 2016

• Responsable Kali Eskrima auprès de la ligue de Normandie de karaté 2013 à 2016

• Promu au grade de 6ème Dan FFK en 2019



En 1988, âgé de 16 ans, il pousse les portes d’un dojo pour y pratiquer le karaté shotokan, jusqu’en 1999.



Petit champion local, il obtient des résultats départementaux et régionaux en technique et en combat.



En 1992, il se qualifie pour les championnats de France sénior combat où il termine en ¼ de finale, balayé par Alain Varo, grand champion du karaté français.



En décembre 1992, il part effectuer son service militaire au Sénégal où il pratique au camp une forme de boxe pieds/poings pendant 2 ans.



De retour en France, il passe sa ceinture noire de karaté 1er Dan en 1995, puis le Diplôme d’Instructeur Fédéral en 1999.



Suite à un article dans la revue Karaté Bushido, il envoie naïvement un courrier à Senseï Minoru Higa pour devenir son élève à domicile. Le courrier étant rédigé en français, il comprend ensuite pourquoi il n’a jamais eu de réponse…



Pendant ces années de karaté, il a toujours saisie chaque opportunité pour élargir son regard martial. Ainsi, il participe à un open multi styles organisé par Daniel Rennesson et où il prend connaissance du « contact ».



Il accompagne son père sur Paris pendant une petite semaine, où il enchaîne quotidiennement tous les cours de krav maga avec Richard Douieb. A lui aussi il lui demande de devenir son élève, mais celui-ci lui conseille sagement d’avoir un boulot à côté car le krav maga n’est qu’à ces balbutiements. Il profite également de nombreux « cours d’essais » pour s’entraîner et papillonner en boxe thaïlandaise (chez Robert Rite à Rouen et André Zeitoun sur Paris), ainsi qu’en full contact chez Cathy et Eric Leclerc à Rouen. Ces « cours d’essais » cessent dès que le trésorier commence à réclamer la cotisation annuelle…



Son ouverture d’esprit sur d’autres disciplines, quelle qu’en soit leur provenance, lui vaut quelques remontrances de la part de son senseï de l’époque, mais lui permet cependant de découvrir les arts martiaux philippins lors d’un stage en région parisienne en 1999, avec Suro Mike Inay, expert américain d’origine philippine.



Ce stage est une réelle révélation, puisqu’il cesse immédiatement le karaté et s’informe sur les clubs existants sur notre territoire afin de se former à cet art martial philippin étonnant, communément appelé « Kali Eskrima ».



Faute de club à proximité, ses entraînements s’effectuent finalement de manière informelle en extérieur avec quelques amis, puis rapidement quelques élèves.



Quelques vidéos lui servant de support, il lui faut trouver un professeur.



Il effectue plusieurs aller/retour sur Caen le vendredi soir après le boulot, pour aller s’entraîner chez Hérald Loygue qu’il a rencontré au salon des Arts Martiaux de Vincennes et qui propose du kempo, kali et combat au sol dans son académie Lomapaï.



Ne pouvant payer l’hôtel, il dort sur le parquet du dojo pour enchaîner les cours du samedi matin, puis des cours privés ou stages.



C’est finalement avec Eric Laulagnet qu’il s’initie au Kali Eskrima, bien que celui-ci soit d’avantage à l’époque un spécialiste du Jeet Kune Do. Aujourd'hui, Eric est 6ème Dan FFK et haut gradé dans le style Pekiti Tirsia qu'il a appris directement auprès de GM Leo Gaje aux Philippines.



Avec quelques stages en région parisienne et nantaise, quelques cours privés, il se lance dans l’enseignement et crée l’association "Club Normand Kali Eskrima" en 2002.



Il rencontre ensuite Thomas Roussel (ancien champion du monde WEKAF et actuellement 6ème Dan FFK) lors d’un stage de combat aux rotins sur Lyon. Ce dernier l’accueille chaleureusement et lui donne gracieusement une après-midi de training. Exercices, flow, abecedario, carenza et des terminologies qui lui sont alors totalement inconnues. Il part de ce stage avec des ecchymoses sur les flancs et les cuisses pour avoir croisé les sticks et les kicks avec ce grand champion, mais aussi avec un nouvel ami. Grâce à Thomas, qui est d'une grande humilité, il commence enfin à se libérer dans son flow, ce qui est une étape importante dans sa progression, dans la continuité et la fluidité de ses mouvements.



Suite à cette rencontre, il se remet en question car il éprouve des difficultés pour apporter de nouvelles techniques, de nouveaux principes et enchaînements à ses élèves.



Par honnêteté vis-à-vis de lui-même et de ses élèves, il souhaite apprendre un style d'Eskrima dans son intégralité et décide de partir s'entraîner aux Philippines en 2005.



C’est dans la ville de Cebu, la Mecque de l'Eskrima, qu’il rencontre Nick Elizar du style Balintawak.



Ensemble, ils conviennent d'un entraînement hebdomadaire de 6 heures pendant 21 jours, en pleine pollution urbaine et avec un fort taux d'humidité.



De retour en France, il intègre l'enseignement de Nick Elizar dans ses cours et décide de s'investir pleinement dans l'étude du Balintawak.



Pendant plusieurs années, il se rend 2 ou 3 fois par an aux Philippines et assimile rapidement de nouveaux principes et affine son apprentissage du Balintawak.



En 2008, il invite Nick Elizar en France pour une durée de trois mois, afin de donner une série de stages (France, Norvège, Espagne, Allemagne...) et l’aide ainsi dans sa propre promotion.



Avec la collaboration de Mitchell Tsia, le stage organisé à Paris est un grand succès avec pas moins de 65 eskrimadors français qui ont fait le déplacement pour découvrir le Balintawak ainsi que ce maître philippin.



A l'issue de ce stage, il effectue un article pour la revue Combat, ainsi qu'un DVD avec la société Indépendance Production.



Cette même année, en 2008, il refuse le diplôme de Master en Balintawak que lui remet Nick Elizar.



En 2014, il fait revenir Nick Elizar en France et en Europe pendant 3 mois pour continuer la promotion du Balintawak en France. Nick Elizar lui repropose son diplôme de Master en Balintawak qu’il accepte finalement.



En 2010 et 2017, il organise un séjour aux Philippines pour un groupe d’élèves. Ces derniers auront le privilège de s’entraîner avec Nick Elizar, Eddy Velez, Danny Vedua, Danny Casio, Roberto Abecia, Eduardo Ceniza.



En 2016 et 2018, il invite en France Conrado Garcia, un expert philippin du Balintawak vivant aux USA et proposant une pratique non dénaturée, proche de celle pratiquée par le fondateur Anciong Bacon.



Pionnier du Balintawak en France, il profite de chaque opportunité lors de ses voyages/aventures aux Philippines pour s’entraîner avec de nombreux eskrimadors. Il étend ses recherches et découvre d’autres maîtres moins populaires mais tout aussi compétents. Il sera parfois le premier élève européen de certains d’entre eux et aidera à leur promotion internationale.



En Balintawak, il s'est principalement formé avec Nick Elizar, Eddie Velez, Sergio Arcel, Danny Vedua, Roberto Abecia, Rad Maningas.



Afin d’étoffer sa compréhension et son jeu dans toutes les distances, il étudie l’ensemble du programme technique du style De Campo Eskrima 1-2-3 Orihinal avec le célèbre et regretté GMaster Manuel « Mawe » Caballero, fils du GM Jose Caballero. Ce style d’Eskrima familial est essentiellement pratiqué au solo baston pour le largo mano, la distance longue.



Il poursuit l’étude de cette distance avec Manong Celestino Macachor en Estokada De Campo, école dont il est certifié Coach et représentant français.



Il étudie également le travail au couteau, Baraw Sugbo, avec Master Eduardo Ceniza qui propose une pratique pragmatique.



En 2018, Fabien Jolivel décroche son diplôme et grade d'instructeur de niveau 3 en Baraw Sugbo Arnes Diablo sous Master Eduardo Ceniza.



En 2019, il obtient le grade de 6ème Dan FFK au regard de son implication fédéral et de son expertise dans l’art du Balintawak.



Pionnier du Balintawak en France, il enseigne à ce jour un condensé de son apprentissage sans omettre de rendre hommage à chacun de ses différents professeurs, offrant ainsi un regard plus élargi sur la technicité de cette école d’Eskrima. Il continue à œuvrer pour la promotion de celle-ci et continue inlassablement à se perfectionner.


Videos: 8Photos: 0Events: 10